Participation au Québec Studies colloquium, Sarasota, 7 novembre 2012.

Conférence d’Alexandre Turgeon

« Usages et mésusages des caricatures de Robert La Palme »

Robert La Palme est l’un des plus importants caricaturistes que le Québec ait connus. Entre 1943 et 1959, il présente sa vision caustique de l’actualité dans des milliers de caricatures. Durant cette période, connue sous le nom de « Grande Noirceur », La Palme livre une lutte acerbe à Maurice Duplessis, premier ministre du Québec. Il prend un malin plaisir à caricaturer l’homme et son « régime », ses idées et ses convictions, ses actes et ses prises de position. Ce faisant, La Palme produit quelques-unes des images d’Épinal de la Grande Noirceur. Aussi n’est-il guère surprenant de voir l’œuvre du caricaturiste être sollicitée lorsque vient le temps de représenter le Québec de l’après-guerre. Ses caricatures y sont utilisées pour illustrer, telles autant de clichés, des aspects de la société canadienne-française d’alors. Or, ces usages ne sont pas forcément corrects ou adéquats, tant s’en faut. Il appert que les caricatures de La Palme sont utilisées comme source historique pour entretenir, voire renforcer l’imaginaire de la Grande Noirceur, alors qu’au même moment, l’historiographie sur le Québec de l’après-guerre ne cesse de se renouveler, que de plus en plus de voix s’élèvent pour dépasser la Grande Noirceur. Dans cette communication, nous comptons revenir sur les (més)usages des caricatures de La Palme comme source historique au cours des dernières années. Nous nous intéresserons aux usages de la caricature au sein de trois supports médiatiques – le manuel scolaire, l’exposition muséale et la synthèse historique – qui ont tous trois la particularité de s’adresser à un vaste public. Ainsi, nous serons en mesure d’identifier les principaux écueils concernant les usages de la caricature comme source historique, soit le manque de contextualisation, l’instrumentalisation et la surinterprétation. Pour finir, nous dégagerons quelques pistes de réflexion sur la caricature et ses usages qui nous permettent d’éviter ces écueils.