Félicitations à Catherine Vézina pour l’obtention d’un poste de professeur en histoire internationale comparée

Nous félicitons Catherine Vézina, membre invitée à la Chaire en 2011-2012, pour l’obtention d’un poste de professeur en histoire internationale comparée au Centro de Investigación y Docencia Económicas (Mexique).

Voici une courte notice biographique écrite par Catherine.

J’ai réalisé mon baccalauréat en histoire, profil international, à l’Université Laval et à la Universidad Iberoamericana à Mexico. Dès cette époque, j’ai donc commencé à me spécialiser en histoire mexicaine contemporaine, ce qui m’a donné envie de poursuivre dans cette direction à la maîtrise. 

C’est sous la direction de Marie Lapointe, spécialiste de l’histoire mexicaine et de l’histoire du Yucatán, que j’ai réalisé mon mémoire de maîtrise sur un volet de l’histoire yucatèque : le développement de son industrie touristique. Sujet encore peu étudié, pendant toute l’année 2006, grâce au soutien académique de la Universidad Autónoma de Yucatán et de l’appui financier de la Secretaría de Relaciones Exteriores du Mexique, j’ai dépouillé plusieurs fonds d’archives à Mérida, capitale de l’État, afin d’esquisser un portrait de la dynamique de ce développement. 

Constatant que le tourisme ne solutionnait pas tous les problèmes économiques du Yucatán et n’arrivait pas à freiner l’émigration vers les États-Unis, je me suis intéressée à la problématique de la migration mexicano-américaine dans une perspective historique.

En 2007, je commençais ainsi mon doctorat sur la consolidation des flux migratoires légal et illégal après la Deuxième Guerre mondiale. Je me suis alors intéressée à des problématiques binationales qui m’ont permises de mieux comprendre la dynamique migratoire qui unit des États mexicains « producteurs » de migrants et des États américains « récepteurs » de migrants. Je me suis donc rendu à Mexico en 2009-2010, avec le soutien du Centro de Investigación y Docencia Económicas (CIDE) et de la Secretaría de Relaciones Exteriores, pour réaliser des recherches aux archives nationales, ainsi qu’à Sacramento (Calif.) pour dépouiller plusieurs documents de l’État qui m’ont beaucoup éclairé sur les enjeux reliés aux travailleurs migratoires mexicains. C’est ce caractère binational de l’histoire de la migration mexicano-américaine que j’ai tenté de mettre en évidence dans ma thèse doctorale que j’ai terminé d’écrire en 2011-2012, dans les bureaux de la Chaire de recherche du Canada en histoire et en économie politique du Québec contemporain. C’est aussi dans ce milieu de travail stimulant (les collègues sont des passionnés qui aiment la polémique et le débat!) que j’ai monté mon cours sur l’histoire générale de l’Amérique latine. 

Je laisse mon bureau à la Chaire pour prendre ma place comme professeure en histoire internationale comparée au Centro de Investigación y Docencia Económicas(CIDE) dès le 1er octobre.