Monthly Archives: septembre 2012

Doit-on s’étonner des résultats des élections du 4 septembre au Québec ?

Le jeudi 27 septembre à l’Université Laval, Jocelyn Létourneau participe à une table ronde au sujet des résultats de la récente élection provinciale. Voici un résumé du sujet de cette table ronde ainsi qu’une brève présentation des panellistes invités.

Les résultats des dernières élections au Québec sont intrigants. Quelle humeur populaire faut-il y déceler ? Dans l’avènement du PQ au pouvoir, faut-il simplement voir le remplacement d’un gouvernement par un autre, cette fois orienté centre-gauche plutôt que centre-droit ? Y a-t-il dans l’air, pour parodier René Lévesque, l’ombre du début du commencement d’un trait nouveau qui pourrait un jour, qui sait, devenir quelque chose comme un grand dess(e)in ? Dans le vote mi-figue mi raisin des Québécois, doit-on plutôt découvrir l’expression d’une culture politique enracinée loin dans le temps – celle de l’ambivalence ?

On revient à cette même question, fatigante pour certains et passionnante pour d’autres, en tout cas résistante pour tous : Que veulent vraiment les Québécois ?

Table ronde composée de :
– Jocelyn Létourneau, professeur d’histoire et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et économie politique du Québec contemporain, CÉLAT, Université Laval;
– Guy Laforest, professeur de science politique, Université Laval;
– Michel Pepin, analyste politique et correspondant parlementaire à Québec pour la radio de Radio-Canada;
– Paul-Émile Auger, secrétaire général de la Table de concertation étudiante du Québec TaCEQ;

et animée par :
– Pascale Guéricolas, journaliste pigiste pour différents médias dont Radio-Canada, L’Actualité et le Fil.

Quand ? : Jeudi 27 septembre de 11h30 à 13h
Où ? : Salle du CÉLAT, 5172, Pav. De Koninck, Université Laval

Source : CÉLAT

Guide méthodologique en histoire (2012), du département d’histoire de l’Université de Montréal

Jocelyn Létourneau est l’auteur de l’ouvrage Le coffre à outils du chercheur débutant : guide d’initiation au travail intellectuel. Cet ouvrage sert de référence à la 8e édition du Guide méthodologique en histoire (2012), dédié aux étudiants du département d’histoire de l’Université de Montréal . Nous reproduisons ici l’avant-propos de cette 8e édition.

« La présentation d’un travail de recherche revêt un caractère aussi important que la cueillette des données.  L’étape finale de la recherche, la rédaction, doit respecter des règles bien précises.

La première partie de ce guide décrit les principales règles à suivre au cours de la rédaction, pour la pagetitre, la table des matières, les citations, les références, les notes et la bibliographie. Nous nous sommes servi pour établir la présente édition de l’ouvrage de Jocelyn Létourneau, Le Coffre à outils du chercheur débutant : guide d’initiation au travail intellectuel (Québec, Boréal, 2006). Nous aurions pu utiliser d’autres méthodes, mais celle-ci présente l’avantage d’avoir été pensée en fonction des études en histoire et de couvrir à peu près toutes les situations que l’étudiant(e) en histoire est susceptible de rencontrer. La bibliographie sélective en fin de document offre quelques suggestions d’ouvrages consacrés à la rédaction et à la présentation des travaux. Quelle que soit la méthode employée, il importe qu’elle soit cohérente,
uniforme et facile à comprendre.

En seconde partie de ce guide, nous offrons une « liste sélective d’ouvrages de référence » susceptibles d’aider à l’élaboration d’un travail de recherche en histoire.

En troisième partie, nous rappelons certaines règles en matière de saisie de données sur des « fiches de lecture ». Nous avons utilisé ici en substance l’ouvrage de Robert Tremblay, Savoir-faire : précis de méthodologie pratique pour le collège et l’université (Montréal / Toronto, McGraw-Hill, 1989).

Ce guide a aussi son histoire. Les cinq premières versions furent préparées par Bernard Robert, documentaliste au Département d’histoire jusqu’en 1997. J’ai procédé en 1999 et en 2003 à deux révisions majeures afin de tenir compte du développement de l’informatique et d’Internet et de leur impact sur la bibliographie, la mise en page, la manière de citer les documents numériques, ainsi que la prise de notes.

Les révisions qui justifient cette 8e édition visent à adapter ce guide aux règles que l’on retrouve dans l’ouvrage de Jocelyn Létourneau qui constitue désormais l’ouvrage de référence au Département d’histoire de l’Université de Montréal. J’en ai profité pour réviser la liste des ouvrages de référence. Je ne saurais trop insister sur le recours à Histoire-Hypermédia (www.h-h.ca) qui représente la meilleure introduction aux ouvrages de référence pour le chercheur en histoire. J’ai également revu la section consacrée à la prise de notes à l’ordinateur afin de faire connaître le potentiel de nouveaux instruments informatiques. J’ai bénéficié pour cette édition des conseils de plusieurs collègues du Département d’histoire, ainsi que du concours de Marie-Ève Ménard, bibliothécaire.

En 1966, j’entreprenais des études en histoire dans ce même Département. Je retiendrai de mon expérience étalée sur près d’un demi-siècle deux leçons. La technologie numérique a complètement révolutionné la façon de réaliser nos recherches et d’en rendre compte dans nos écrits. Ce travail que j’ai pu produire sur mon ordinateur depuis mon domicile illustre cette transformation. Il n’empêche que la présentation des travaux obéit toujours à la même règle : celle de l’uniformité et de la consistance.

Claude Morin,
professeur honoraire »

Source : http://www.hst.umontreal.ca/documents/Guidemethodologique_2012.pdf

Le Mur des représentations : associer des images au Québec

« D’après-vous, quelles images sont associées à l’identité et au passé québécois ?

Le Musée de la civilisation s’est associé à l’Université Laval pour lancer un projet de recherche sur les représentations des visiteurs par rapport au Québec et à son histoire. Basée sur une idée originale de Jocelyn Létourneau, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du Québec contemporain, la recherche associe également, à sa réalisation, les professeurs Johanne Daigle et Donald Fyson.

Pour plus de détails.

Sources :
Lucie Daignault, Musée de la civilisation »

Bulletin d’information du département d’histoire de l’Université Laval

Cours. Histoire du Canada (1850-1918)

Candidat au doctorat en histoire à l’Université Laval et membre de la Chaire, Alexandre Turgeon est également chargé de cours à l’Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, où il donne pour la deuxième année consécutive le cours en ligne Histoire du Canada (1850-1918).

Voici une brève description du cours qu’il dispensera cet automne, ainsi qu’un lien vers le syllabus de ce cours.

Ce cours porte sur la naissance du pays et la consolidation de son territoire, depuis le milieu du 19e siècle jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Une attention particulière sera portée aux conflits ethnoreligieux, à l’essor économique et aux tensions sociales au tournant du 20e siècle.

Syllabus du cours