Monthly Archives: octobre 2012

L’histoire et l’identité : marquant 200 ans de l’expérience canadienne

« Historical Consciousness in Young People / De la conscience historique chez les jeunes »conférence de Jocelyn Létourneau au sein du colloque L’histoire et l’identité : marquant 200 ans de l’expérience canadienne, Niagara-on-the-Lake, 23 novembre 2012.

Lire le programme du colloque

Doit-on s’étonner des résultats des élections du 4 septembre au Québec?

Table ronde composée de :
Jocelyn Létourneau, professeur d’histoire et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire politique du Québec contemporain, CÉLAT, Université Laval;
– Guy Laforest, professeur de science politique, Université Laval;
– Michel Pepin, analyste politique et correspondant parlementaire à Québec pour la radio de Radio-Canada;
– Paul-Émile Auger, secrétaire général de la Table de concertation étudiante du Québec TaCEQ;

et animée par :
– Pascale Guéricolas, journaliste pigiste pour différents médias dont Radio-Canada, L’Actualité et le Fil.

Les résultats des dernières élections au Québec sont intrigants. Quelle humeur populaire faut-il y déceler ? Dans l’avènement du PQ au pouvoir, faut-il simplement voir le remplacement d’un gouvernement par un autre, cette fois orienté centre-gauche plutôt que centre-droit ? Y a-t-il dans l’air, pour parodier René Lévesque, l’ombre du début du commencement d’un trait nouveau qui pourrait un jour, qui sait, devenir quelque chose comme un grand dess(e)in ? Dans le vote mi-figue mi raisin des Québécois, doit-on plutôt découvrir l’expression d’une culture politique enracinée loin dans le temps – celle de l’ambivalence ?
On revient à cette même question, fatigante pour certains et passionnante pour d’autres, en tout cas résistante pour tous : Que veulent vraiment les Québécois ?

Le confort et l’ambivalence

Au cours d’une entrevue récente à une journaliste du journal Le Fil, Jocelyn Létourneau donne son avis sur la situation québécoise actuelle.

Au-delà de l’idée d’indépendance, Jocelyn Létourneau croit que le Québec est actuellement en quête d’une plus grande affirmation. À cet égard, il ne pense pas que les débats futurs vont se cristalliser autour de la gauche ou de la droite, comme l’ont soulevé certains observateurs. «Conjoncturellement, le modèle de la gauche et de la droite, c’est en France ou encore en Amérique latine que ça fonctionne. Mais nous, nous sommes d’abord et avant tout des Nord-Américains», conclut l’historien.

 

Lire la suite

Éric Bédard « lâche le Bloc ». Quand la parole de l’historien résonne dans la Cité

Raphaël Gani et Alexandre Turgeon cosignent un article de fond publié par la revue Histoire Engagée et concernant l’historien Éric BédardVoici un extrait de cette article.

Le 30 mars 2011, à un peu plus d’un mois des élections fédérales canadiennes du 2 mai 2011, l’historien souverainiste bien connu Éric Bédard s’est lancé dans la mêlée de la campagne électorale d’une manière qui n’est pas passée inaperçue. « Je lâche le Bloc », déclarait-il haut et fort dans une lettre d’opinion parue dans les pages du journal La Presse. Éric Bédard annonce qu’il ne votera pas pour le Bloc Québécois pour la toute première fois depuis la création du parti, en 1991. Il fait ainsi valoir son désaccord avec la coalition avortée de 2008, où le Bloc Québécois s’était engagé à donner son appui à un gouvernement formé du Parti libéral du Canada et du Nouveau Parti démocratique. Nous ne considérons pas qu’Éric Bédard ait prédit les résultats des élections du 2 mai 2011, et encore moins qu’il en fut responsable, contrairement à certains commentateurs qui ont vu dans sa prise de position un signe avant-coureur de la débâcle du Bloc Québécois – 49 sièges remportés aux élections de 2008, quatre sièges en 2011. Néanmoins, pendant cette campagne électorale fédérale, il est intéressant de souligner qu’Éric Bédard en vient à incarner un certain archétype : celui du souverainiste déçu qui délaisse le Bloc Québécois. Il s’agit même, selon Pierre Bouchard, un utilisateur du site Internet Vigile, du « syndrome Éric Bédard ».

Lire la suite