Monthly Archives: mai 2013

Note critique: Histoire du Québec pour les Nuls

 

‘A Giant with Clay Feet’: Québec Students and their Historical Consciousness of the Nation

Parution de l’article »‘A Giant with Clay Feet’: Québec Students and their Historical Consciousness of the Nation« , coécrit par Stéphane Lévesque, Jocelyn Létourneau et Raphaël Gani. L’article est publié dans l’International Journal of Historical Learning, Teaching and Research.

En voici un extrait.

The aim of this paper is to explore French Canadian (Québec) students‘ historical consciousness of the nation through the lens of Social Identity Theory (SIT). Relying on a sample of 142 Québec‘s historical narratives written by Francophone Québécois students, the paper revisits findings from a previous study on the historical consciousness of young Québécois. Informed by SIT principles, our narrative analysis shows how most Franco-Québécois categorize the past in homogenous categories (e.g., the imperialist Anglophone; the surviving Francophone) and frame their stories into particular modes of present-day orientations. Implications of this study for history education are also discussed.

Canadians and Their Pasts

Se déchirer sur la Révolution tranquille

Se_dechirer_sur_la_Revolution_tranquille_Les_nouveaux_visages_du_nationalisme_conservateur_au_Quebec_de_Jean-Marc_Piotte_et_Jean-Pierre_Couture_Quebec_Amerique_2012_Bulletin_dhistoire_politique

Dans le dernier numéro du Bulletin d’histoire politique, Alexandre Turgeon a publié une note critique à propos de l’ouvrage Les nouveaux visages du nationalisme conservateur au Québec, coécrit par Jean-Marc Piotte et Jean-Pierre Couture.

nouveaux visages conservateur nationalisme

William Johnson et Jocelyn Létourneau

-william-johnson-ete-president-alliance

Dans le National Post du 8 avril, William Johnson commente les études de Jocelyn Létourneau à propos de la conscience historique des jeunes Québécois :

[…] Létourneau gave an assignment to more than 4,000 students, asking them to summarize the history of Quebec. Here’s how he describes their vision: “Among the francophones, [their vision of Quebec’s history] is expressed roughly as follows: ‘Because of the Other, our destiny was side-tracked and our collective quest took the shape of a struggle for survival.’”

As there was a serpent in the Garden of Eden, so Quebec’s destiny supposedly was derailed by the “Other” – the Anglo. Létourneau reports that the young Québécois view New France as “the Golden Age.” Then, from the original Fall of the Conquest, all the painful history of Quebec follows.

À ce sujet, voici un court texte produit par Létourneau en réponse à un texte antérieur de Johnson : Les jeunes Québécois et « Les Anglais ».

« Les origines caricaturales de la Grande Noirceur? », à l’ACFAS

origines caricaturales de la Grande Noirceur ACFAS Duplessis Lapalme

Ce mercredi, Alexandre Turgeon présente une conférence intitulée « La Palme présente Displicuit Nasus Tuus » : les origines caricaturales de la Grande Noirceur? Dans le cadre du colloque 328 de l’ACFAS  – La satire dans les arts visuels : questions de recherche actuelle -, cette conférence débute à 15h15 au local 3136 du Pavillon Charles-de Koninck à l’Université Laval. Voici un résumé de la conférence.

Au printemps 1944, le gouvernement libéral d’Adélard Godbout s’apprête à déclencher des élections au Québec. Au pouvoir depuis 1939, le Parti libéral affronte l’Union nationale et le Bloc populaire, dirigés respectivement par Maurice Duplessis – premier ministre de la province entre 1936 et 1939 – et André Laurendeau. Affaibli par son appui à William Lyon MacKenzie King sur la question de la conscription, Adélard Godbout passe à l’offensive. Les libéraux se tournent vers Robert La Palme, caricaturiste du journal Le Canada, pour la production d’une brochure électorale intitulée « La Palme présente Displicuit Nasus Tuus : tragi-comédie politique en 32 tableaux » – du latin « Ton nez déplaît », en référence au long nez de Maurice Duplessis

Pour étudier cette brochure électorale, nous nous intéresserons de plus près aux stratégies électorales mises en place lors de la campagne de 1944, en s’arrêtant au travail de Lucien Parizeau et de Jean-Marie Nadeau en particulier, eux qui sont les responsables de la propagande libérale. Nous nous pencherons également sur les 32 caricatures de Robert La Palme choisies pour cet exercice, puisées à même un corpus d’une centaine de caricatures publiées par l’artiste dans les pages du journal Le Canada en 1943 et 1944. Nous serons ainsi à même de voir quelles thématiques, quels enjeux et quels sujets ont été privilégiés par le Parti libéral pour la réalisation de cette brochure.

CÉLAT et ACFAS

affiche colloque acfas célat lieux de passage vivre ensemble

Ce lundi, Jocelyn Létourneau présente une conférence intitulée « Se penser ensemble dans le Québec d’aujourd’hui ». Cette conférence s’inscrit dans le cadre du colloque annuel du CÉLAT, tenue du 6 au 10 mai, au sein du congrès de l’ACFAS à l’Université Laval. En voici un résumé.

L’expression lieu de passage renvoie au fait que les sociétés ne cessent d’évoluer par rapport à leur état d’être. Selon les moments, le cheminement sociétal est plus ou moins lent ou rapide, apaisé ou violent. L’état d’être d’une société coïncide avec un régime de vivre-ensemble (dont l’une des composantes est de se penser ensemble) qui contribue à la fonctionnalité de la société. L’idée de vivre-ensemble ne signifie pas la disparition des tensions, mais leur modulation dans des formes qui régulent la vie collective.

Parfois, l’évolution de la société provoque assez de mutations pour modifier la configuration de l’état d’être de la société et son régime de vivre-ensemble. L’instabilité apparaît. on tente de recréer la concorde en agissant notamment sur le plan symbolique, lequel renvoie au mode de se penser ensemble.

Le Québec connaît maintenant une situation mutationnelle. on ne parle pas de crise, mais de problèmes de conciliation entre identité et altérité, d’une part, et d’articulation entre référents collectifs établis et émergents, d’autre part. 

Partant de la situation présente du Québec, il s’agira de voir comment les passages qui le marquent – et qui sont susceptibles d’impacter sur le mode de vivre-ensemble et de se penser ensemble comme Québécois – induisent des réactions diverses de la part des groupes sociaux, certains étant soucieux de ramener le Québec vers un état d’être acquis, d’autres poussant la société vers l’actualisation de ses figures identitaires.

Aujourd’hui paraît dans le Devoir un article à propos de la thématique du colloque annuel du CÉLAT : Lieux de passage et vivre-ensemble.