Tag Archives: histoire du québec

Étudiant-chercheur étoile du FRQSC pour avril 2015 : Alexandre Turgeon

« Mon article revient sur l'émergence d'un mythe du Québec contemporain : le "Désormais…" de Paul Sauvé. Il n'y aurait pas de mots plus célèbres dans l'histoire du Québec. Le premier ministre Paul Sauvé l'aurait prononcé sans cesse à l'automne 1959, alors qu'il succédait à Maurice Duplessis, afin de tirer un trait définitif entre la Grande Noirceur duplessiste et la Révolution tranquille. Mon article remet en question ce fait. Grâce à des recherches menées dans les journaux et les débats parlementaires, je montre que Paul Sauvé n'a jamais prononcé le "Désormais…" Mes recherches révèlent le rôle joué par André Laurendeau du journal Le Devoir dans l'élaboration de ce mythe, alors que Paul Sauvé se fait pourtant l'avocat de la continuité dans ses discours. Le "Désormais…" a ensuite été repris par l'historiographie car il facilitait la narration de l'avènement d'une modernité soudaine et bienheureuse. Il permettait d'expliquer, par la médiation du récit, le passage de la Grande Noirceur duplessiste à la Révolution tranquille. »

« Mon article revient sur l’émergence d’un mythe du Québec contemporain : le « Désormais… » de Paul Sauvé. Il n’y aurait pas de mots plus célèbres dans l’histoire du Québec. Le premier ministre Paul Sauvé l’aurait prononcé sans cesse à l’automne 1959, alors qu’il succédait à Maurice Duplessis, afin de tirer un trait définitif entre la Grande Noirceur duplessiste et la Révolution tranquille. Mon article remet en question ce fait. Grâce à des recherches menées dans les journaux et les débats parlementaires, je montre que Paul Sauvé n’a jamais prononcé le « Désormais… » Mes recherches révèlent le rôle joué par André Laurendeau du journal Le Devoir dans l’élaboration de ce mythe, alors que Paul Sauvé se fait pourtant l’avocat de la continuité dans ses discours. Le « Désormais… » a ensuite été repris par l’historiographie car il facilitait la narration de l’avènement d’une modernité soudaine et bienheureuse. Il permettait d’expliquer, par la médiation du récit, le passage de la Grande Noirceur duplessiste à la Révolution tranquille. »

Réforme du programme d’histoire du Québec pour les 3e & 4e secondaire

Se souvenir du Québec

Connaissez-vous votre Québec?

Boursier du Collegium de Lyon

Le prix Jean-Marie-Fecteau de la Société historique de Canada est décerné à Alexandre Turgeon

« ’Toé, tais-toé’ et la Grande noirceur duplessiste. Genèse d’un mythistoire » d’Alexandre Turgeon est une exploration fascinante de la genèse et de la perpétuation des mythes, comme en témoigne l’histoire tout aussi fascinante d’un éclat public de Maurice Duplessis… qui n’a jamais réellement eu lieu. Pour Turgeon, le célèbre « Toé , tais-toé » est une histoire qui porte sur l’interaction entre la réalité et la fiction. Grâce à une lecture attentive de la presse, et en particulier le travail du caricaturiste Robert La Palme, l’auteur retrace la façon dont l’expression s’est emparée de l’imagination du public, car elle symbolise parfaitement le caractère brusque et autoritaire de Duplessis et de son régime tel qu’il est perçu. L’analyse bien conçue de Turgeon de la construction des mythes ajoute de manière significative à nos connaissances sur le rôle joué par les médias dans le façonnement de la perception publique du pouvoir à l’époque de Duplessis. Son approche micro-historique illustre avec succès le va-et-vient entre l’histoire et la fiction et le processus de construction d’un mythistoire. » (http://www.cha-shc.ca/?lid=XFXB3-QNJTB-XKD7W#sthash.ITMZiMUD.dpuf)

Continue reading “Le prix Jean-Marie-Fecteau de la Société historique de Canada est décerné à Alexandre Turgeon” »

Sabrina Moisan et L’Histoire du Québec en 30 secondes

Une nouvelle contribution pour le dossier d’HistoireEngagée sur l’enseignement de l’histoire

Extrait:

  • d’abord, les jeunes acquièrent leurs connaissances et visions d’histoire en dehors de la classe tout autant, sinon plus, que dans l’enceinte de la salle de cours;
  • ensuite, les jeunes oublient plus ou moins rapidement la plus grande partie de ce qui leur est transmis en classe;
  • enfin, les grands récits nationaux, univoques mais pratiques, restent de puissants foyers et vecteurs de construction de sens, voire de prêts-à-penser ou de prêts-à-croire, pour les jeunes à la recherche d’un sens diligent qui leur permette de vivre efficacement dans la société (ou tout simplement de passer l’examen avec succès!).

Je me souviens?

Disponible pour 14$ en version numérique.

Vidéo