Tag Archives: histoire

Trois textes écrits par Jocelyn Létourneau

De Charles de Gaulle à Nicolas Sarkozy : l’histoire conçue et interprétée par les présidents de la Ve République

Conférence le mercredi 30 octobre à l’Université Laval (DKN-5172).

Patrick Garcia, professeur d’histoire (Université de Cergy-Pontoise) from CELAT on Vimeo.

Lorsqu’on associe « Président » et « histoire », c’est le plus souvent pour mesurer ce qu’il y a eu d’ « historique » – c’est-à-dire d’important, de mémorable, de particulièrement lourd de conséquences – dans leur action. L’acception donnée à « histoire » pour cet exposé est différente. Elle articule deux dimensions : d’une part la façon dont les présidents de la Ve République ont conçu l’histoire – ce qui renvoie à leur culture personnelle, à leur formation et à leur sensibilité ; d’autre part la façon dont ils s’en sont fait les locuteurs, dont ils ont exprimé le rapport au temps dominant chez leurs concitoyens – i.e. l’articulation entre un passé, un présent et un futur – et parfois tenté de le remodeler. Dans cette perspective ils sont donc à la fois acteurs et agents, source de dynamiques et révélateurs d’un modèle temporel et il s’agit moins de répertorier des usages politiques de l’histoire (au travers, notamment, de la figure de l’instrumentalisation) que d’analyser comment le récit de l’Histoire – en tant que ce qui est advenu – est déjà contraint par un rapport à l’histoire et plus largement au temps.

Affiche-Garcia-finale

Alexandre Turgeon à Rennes

alexandre turgeon rennes twitter mémoirealexandre turgeon rennes twitter mémoire

Deux textes d’Alexandre Turgeon à paraître

« “Toé, tais-toé!” et la Grande Noirceur duplessiste. Genèse d’un mythistoire », Histoire sociale/Social History. À paraître.

« Toé, tais-toé! » de lancer Maurice Duplessis à Antoine Rivard, à l’été 1958. Dans cette formule, se cristallisent trois idées-forces du mythistoire de la Grande Noirceur duplessiste, soit l’autoritarisme de Duplessis, l’asservissement de ses collaborateurs et un climat malsain pour la presse. Or, il s’agit d’un faux, le caricaturiste Robert La Palme étant le premier à lui mettre ces mots à la bouche. Dans cet article, sont étudiés les processus par lesquels le pouvoir évocateur de l’image a permis à la formule de s’imposer dans un court laps de temps dans le discours social. Il s’agit de voir comment ce passage d’un état, d’une formule, d’un média à un autre s’est effectué, en quoi le format même de la caricature a pu favoriser ces différents passages et permis au fictif de passer pour vrai dans le Québec d’après-guerre.

« Robert La Palme n’est pas mort », Québec Studies. À paraître.

Canadians and Their Pasts

Se déchirer sur la Révolution tranquille

Se_dechirer_sur_la_Revolution_tranquille_Les_nouveaux_visages_du_nationalisme_conservateur_au_Quebec_de_Jean-Marc_Piotte_et_Jean-Pierre_Couture_Quebec_Amerique_2012_Bulletin_dhistoire_politique

Dans le dernier numéro du Bulletin d’histoire politique, Alexandre Turgeon a publié une note critique à propos de l’ouvrage Les nouveaux visages du nationalisme conservateur au Québec, coécrit par Jean-Marc Piotte et Jean-Pierre Couture.

nouveaux visages conservateur nationalisme

William Johnson et Jocelyn Létourneau

-william-johnson-ete-president-alliance

Dans le National Post du 8 avril, William Johnson commente les études de Jocelyn Létourneau à propos de la conscience historique des jeunes Québécois :

[…] Létourneau gave an assignment to more than 4,000 students, asking them to summarize the history of Quebec. Here’s how he describes their vision: “Among the francophones, [their vision of Quebec’s history] is expressed roughly as follows: ‘Because of the Other, our destiny was side-tracked and our collective quest took the shape of a struggle for survival.’”

As there was a serpent in the Garden of Eden, so Quebec’s destiny supposedly was derailed by the “Other” – the Anglo. Létourneau reports that the young Québécois view New France as “the Golden Age.” Then, from the original Fall of the Conquest, all the painful history of Quebec follows.

À ce sujet, voici un court texte produit par Létourneau en réponse à un texte antérieur de Johnson : Les jeunes Québécois et « Les Anglais ».

CÉLAT et ACFAS

affiche colloque acfas célat lieux de passage vivre ensemble

Ce lundi, Jocelyn Létourneau présente une conférence intitulée « Se penser ensemble dans le Québec d’aujourd’hui ». Cette conférence s’inscrit dans le cadre du colloque annuel du CÉLAT, tenue du 6 au 10 mai, au sein du congrès de l’ACFAS à l’Université Laval. En voici un résumé.

L’expression lieu de passage renvoie au fait que les sociétés ne cessent d’évoluer par rapport à leur état d’être. Selon les moments, le cheminement sociétal est plus ou moins lent ou rapide, apaisé ou violent. L’état d’être d’une société coïncide avec un régime de vivre-ensemble (dont l’une des composantes est de se penser ensemble) qui contribue à la fonctionnalité de la société. L’idée de vivre-ensemble ne signifie pas la disparition des tensions, mais leur modulation dans des formes qui régulent la vie collective.

Parfois, l’évolution de la société provoque assez de mutations pour modifier la configuration de l’état d’être de la société et son régime de vivre-ensemble. L’instabilité apparaît. on tente de recréer la concorde en agissant notamment sur le plan symbolique, lequel renvoie au mode de se penser ensemble.

Le Québec connaît maintenant une situation mutationnelle. on ne parle pas de crise, mais de problèmes de conciliation entre identité et altérité, d’une part, et d’articulation entre référents collectifs établis et émergents, d’autre part. 

Partant de la situation présente du Québec, il s’agira de voir comment les passages qui le marquent – et qui sont susceptibles d’impacter sur le mode de vivre-ensemble et de se penser ensemble comme Québécois – induisent des réactions diverses de la part des groupes sociaux, certains étant soucieux de ramener le Québec vers un état d’être acquis, d’autres poussant la société vers l’actualisation de ses figures identitaires.

Aujourd’hui paraît dans le Devoir un article à propos de la thématique du colloque annuel du CÉLAT : Lieux de passage et vivre-ensemble.

33e Forum international d’architecture vernaculaire

Raphaël Gani participera au 33e Forum international d’architecture vernaculaire, tenu à Gaspé/Percé du 11 au 15 juin 2013. Depuis bientôt 2 ans, Raphaël travaille  comme assistant de recherche à la réalisation de ce Forum, en collaboration avec Tania Martin, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti.

Pour plus d’information à propos du Forum, visitez : http://www.crcprb.chaire.ulaval.ca/fiav_vaf2013/

Conférence de Catherine Vézina et d’Alexandre Turgeon