Tag Archives: Moldavie

Thèse de doctorat (2012)

Publication de la thèse de Victoria Raileanu

Victoria Raileanu, Les figures de la propagande: Le temps, l’espace et le héros dans le documentaire historique produit à la télévision de la République soviétique socialiste moldave (1961-1989), thèse de doctorat (histoire), Université Laval, 2013, 409 p.

Résumé:

Cette thèse a pour objet les significations produites par la propagande soviétique au moyen du documentaire historique réalisé entre les années 1960 et 1980 à la station de télévision de la République Soviétique Socialiste Moldave. À partir d’un corpus de base de 32 documentaires, la thèse vise trois types de représentations filmiques investies d’une forte connotation idéologique : les figures du temps historique, les métaphores de l’espace et l’image du héros soviétique. Nous considérons également les représentations connexes qui constituent le contexte narratif et filmique des trois catégories principales d’images de manière à révéler le réseau entier de significations de l’idéologie soviétique. Notre étude s’inscrit dans la lignée des études des sociétés communistes en même temps qu’elle appartient au domaine théorique de l’histoire de l’imaginaire et des idées. Elle répond à une triple problématique. Premièrement, elle explique la portée et les usages politiques et idéologiques des représentations véhiculées par la propagande télévisée. La recherche rend compte des objectifs et des stratégies propagandistes en Moldavie, alors en cours de soviétisation. Elle révèle notamment les normes officielles de représentation, leurs variations à la suite des changements politiques et dresse un inventaire des moyens discursifs mis en œuvre dans l’élaboration des symboles clés de la propagande de Parti. Ensuite, la recherche montre les différents degrés d’implication des cinéastes et des historiens dans la construction des codes de l’idéologie soviétique. Elle cerne les rapports entre le pouvoir soviétique et les intellectuels, contraints d’être des idéologues et des propagandistes professionnels. L’étude constate une tendance épisodique parmi les producteurs culturels à échapper au registre propagandiste afin d’exprimer une vision hétérodoxe. Enfin, nous sondons l’ancrage des représentations propagandistes dans les structures durables de l’imaginaire. La recherche puise ses données empiriques dans la presse soviétique écrite, dans des documents d’archives visant le fonctionnement institutionnel de la télévision moldave, et dans une série de 16 entretiens de cinéastes et de responsables administratifs et idéologiques. Elle recourt à une ample contextualisation historique afin de montrer l’évolution des structures archétypales à travers les différents systèmes de représentations et leur adaptation aux réalités culturelles changeantes.

Pour accéder à la thèse : http://theses.ulaval.ca/archimede/meta/29812

Abstract:

The work presented in this thesis investigates the contents of Soviet propaganda as it appeared in historical documentaries produced from 1960 through 1990 by the local television broadcaster of the Moldavian Soviet Socialist Republic. From a base corpus containing 36 documentaries, it centers itself on three types of filmic representations with high ideological connotation: the figures of historic time, the metaphors of space and the soviet hero’s image. It also considers the related representations that create the narrative and cinematic context of the three main categories of images in order to reveal the entire network of meanings of Soviet ideology. Our study falls in line with soviet studies research while also belonging to the theoretical field of the history of imagination and ideas. It addresses three problems. First, it reveals the scope and the political and ideological purpose of the representations conveyed by television propaganda. The research reflects the objectives and strategies of official propaganda in Moldova, a territory under sovietization. It unearths the official standards of representation, their variations due to political changes and makes an inventory of discursive means used in the development of the key symbols of Party propaganda. Second, the research shows the different degrees of involvement of filmmakers and historians in the construction of the codes of Soviet ideology. It identifies the relationships between Soviet power and intellectuals, reduced to the rank of ideologists and professional propagandists. The study finds an occasional tendency among cultural producers to escape the mandatory propagandist registry and express an unorthodox view. Finally, we survey the rooting of propagandist representations in the lasting structures of the imagination. The research draws its empirical data from Soviet print media, from archive documents related to the institutional inner workings of Moldovan television, and from a series of 16 interviews with filmmakers and administrative and ideological executives. It makes use of the long historical detour to show the evolution of archetypal structures across various systems of representation and their adaptation to changing cultural realities.

Soutenance de thèse le 8 mai : Victoria Raileanu, « DE LA PROPAGANDE » Les représentations du temps, de l’espace et du héros dans le documentaire historique produit à la télévision de la République soviétique socialiste moldave (1961-1989)

SOUTENANCE DE THÈSE « DE LA PROPAGANDE »  Les représentations du temps, de l'espace et du héros dans le documentaire historique produit à la télévision de la République soviétique socialiste moldave (1961-1989) Victoria Raileanu

Maria Neagu gagne le prix THEN/HiER 2012

Madame Maria Neagu, qui a complété la thèse à l’Université Laval en 2011, (Conjuguer la nation au passé : Mémoire et identité dans les manuels d’histoire moldaves, 1918-2006; Jocelyn Létourneau, directeur), s’est vue attribuer le prix THEN/HiER 2012 pour les publications. Dans cette étude remarquablement bien élaborée et rédigée, Madame Neagu présente une recherche  convaincante sur les volumes scolaires et les programmes moldaves qui permet de mieux comprendre comment ces documents officiels produisent des conceptions particulières de la nation au sein de la population. Toutes nos félicitations !

Source : http://www.thenhier.ca/fr/content/prix-thenhier-pour-les-publications

Voici un résumé de la thèse de Maria Neagu.

S’appuyant sur un corpus de programmes et de manuels scolaires d’histoire moldaves ayant circulé dans les écoles de 1918 à 2006, notre thèse amorce une réflexion exploratoire sur la question des usages du passé aux fins de la construction d’une identité nationale. Elle se propose de montrer que, par l’entremise de la production scolaire d’histoire, les pouvoirs en place – roumains, soviétiques et moldaves – ont cherché à livrer au jeune citoyen moldave l’image salutaire d’un projet national unificateur.

Les deux premières parties de la thèse retracent le contexte géohistorique général et les dynamismes sociétaux sous-tendant les efforts politiques de définition d’une communauté nationale en Moldavie. Dans les trois parties suivantes, nous inventorions les mécanismes discursifs mis en oeuvre afin de construire, sur le mode des mythes fondateurs, les referents identitaires de la collectivité locale, ainsi appelée à se penser « roumaine », « soviétique » et « moldave ».

L’analyse rigoureuse des sources permet de distinguer deux grands récits historiques qui s’opposent au chapitre des références identitaires des Moldaves. Le premier, né dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres qui incorpore la Moldavie, met en évidence les fondements symboliques qui lieraient les Bessarabiens à la culture, à la langue et aux traditions roumaines. Le second, conçu en RASSM et repris après la Deuxième Guerre mondiale dans le cadre de la république soviétique socialiste moldave, valorise une nation moldave distincte et historiquement vouée à l’aventure communiste. La thèse s’achève sur l’analyse de la période postcommuniste, constatant qu’à cette étape, la production historique s’actualise en dupliquant les discours qui l’ont précédée.

Ces deux récits contradictoires et leur cohabitation tendue dans l’espace scolaire permettent de saisir les signes d’un débat de société qui touche à la pluralité des mémoires et aux multiples interrogations identitaires parcourant la société moldave contemporaine. De fait, la Moldavie exprime, dans son effort de transition postcommuniste, le besoin implicite d’attribuer de nouvelles significations à son existence collective, déclinée dès lors au prisme du « nous » et de l’« autre ». Le retour à l’histoire figure comme but et moyen de cette entreprise d’ingénierie nationale.

Lien vers la thèse.