Tag Archives: québec

Image

Jocelyn Létourneau: Teaching History and the Future of the Nation

download_28711893-E0E2-8716-BC9B194E2B3C009B

Identities and Engagement

Vient de paraître

Contribution de Jocelyn Létourneau à l’ouvrage de Benoît Falaize, Charles Heimberg et Olivier Loubes (dir.), L’école et la nation. Actes du séminaire scientifique international. Lyon, Barcelone, Paris, 2010, Lyon, ENS Editions, coll. « Hors Collection », 2013, 516 p.,

En lien avec cette contribution :

De Raphaël Gani, un compte rendu au sujet de l’ouvrage de « Magaly Brodeur, Vice et corruption à Montréal : 1892-1970, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011, 144 p. », Ethnologies, 33, 2 (2011), p. 270-273.

 

Se déchirer sur la Révolution tranquille

Se_dechirer_sur_la_Revolution_tranquille_Les_nouveaux_visages_du_nationalisme_conservateur_au_Quebec_de_Jean-Marc_Piotte_et_Jean-Pierre_Couture_Quebec_Amerique_2012_Bulletin_dhistoire_politique

Dans le dernier numéro du Bulletin d’histoire politique, Alexandre Turgeon a publié une note critique à propos de l’ouvrage Les nouveaux visages du nationalisme conservateur au Québec, coécrit par Jean-Marc Piotte et Jean-Pierre Couture.

nouveaux visages conservateur nationalisme

William Johnson et Jocelyn Létourneau

-william-johnson-ete-president-alliance

Dans le National Post du 8 avril, William Johnson commente les études de Jocelyn Létourneau à propos de la conscience historique des jeunes Québécois :

[…] Létourneau gave an assignment to more than 4,000 students, asking them to summarize the history of Quebec. Here’s how he describes their vision: “Among the francophones, [their vision of Quebec’s history] is expressed roughly as follows: ‘Because of the Other, our destiny was side-tracked and our collective quest took the shape of a struggle for survival.’”

As there was a serpent in the Garden of Eden, so Quebec’s destiny supposedly was derailed by the “Other” – the Anglo. Létourneau reports that the young Québécois view New France as “the Golden Age.” Then, from the original Fall of the Conquest, all the painful history of Quebec follows.

À ce sujet, voici un court texte produit par Létourneau en réponse à un texte antérieur de Johnson : Les jeunes Québécois et « Les Anglais ».

CÉLAT et ACFAS

affiche colloque acfas célat lieux de passage vivre ensemble

Ce lundi, Jocelyn Létourneau présente une conférence intitulée « Se penser ensemble dans le Québec d’aujourd’hui ». Cette conférence s’inscrit dans le cadre du colloque annuel du CÉLAT, tenue du 6 au 10 mai, au sein du congrès de l’ACFAS à l’Université Laval. En voici un résumé.

L’expression lieu de passage renvoie au fait que les sociétés ne cessent d’évoluer par rapport à leur état d’être. Selon les moments, le cheminement sociétal est plus ou moins lent ou rapide, apaisé ou violent. L’état d’être d’une société coïncide avec un régime de vivre-ensemble (dont l’une des composantes est de se penser ensemble) qui contribue à la fonctionnalité de la société. L’idée de vivre-ensemble ne signifie pas la disparition des tensions, mais leur modulation dans des formes qui régulent la vie collective.

Parfois, l’évolution de la société provoque assez de mutations pour modifier la configuration de l’état d’être de la société et son régime de vivre-ensemble. L’instabilité apparaît. on tente de recréer la concorde en agissant notamment sur le plan symbolique, lequel renvoie au mode de se penser ensemble.

Le Québec connaît maintenant une situation mutationnelle. on ne parle pas de crise, mais de problèmes de conciliation entre identité et altérité, d’une part, et d’articulation entre référents collectifs établis et émergents, d’autre part. 

Partant de la situation présente du Québec, il s’agira de voir comment les passages qui le marquent – et qui sont susceptibles d’impacter sur le mode de vivre-ensemble et de se penser ensemble comme Québécois – induisent des réactions diverses de la part des groupes sociaux, certains étant soucieux de ramener le Québec vers un état d’être acquis, d’autres poussant la société vers l’actualisation de ses figures identitaires.

Aujourd’hui paraît dans le Devoir un article à propos de la thématique du colloque annuel du CÉLAT : Lieux de passage et vivre-ensemble.

33e Forum international d’architecture vernaculaire

Raphaël Gani participera au 33e Forum international d’architecture vernaculaire, tenu à Gaspé/Percé du 11 au 15 juin 2013. Depuis bientôt 2 ans, Raphaël travaille  comme assistant de recherche à la réalisation de ce Forum, en collaboration avec Tania Martin, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine religieux bâti.

Pour plus d’information à propos du Forum, visitez : http://www.crcprb.chaire.ulaval.ca/fiav_vaf2013/

Conférence de Catherine Vézina et d’Alexandre Turgeon

19 lettres ouvertes écrites par Jocelyn Létourneau et disponibles en ligne.

Un rapport gênant”, Le Devoir, 20 octobre 2011.

Le rapport complexe des Québécois avec leur histoire”, Le Devoir, 20 octobre 2011.

Le Québec en transition”, La Presse, 12 novembre 2010.

Que faire d’octobre 1970 ?”, Le Devoir, 7 octobre 2010, p. A7.

L’avenir de 1759”, La Presse, 12 septembre 2009, section plus, p. 7.

L’histoire est-elle (dé)passée ?”, Le Devoir, 18/19 octobre 2008, p. G1.

L’histoire à l’ère posthistorique”, Le Devoir, 10 juillet 2008, p. A7.

La raison de Bouchard-Taylor”, Le Devoir, 19 juin 2008, p. A7.

Une loi de la clarté identitaire ?”, Le Devoir, 6 novembre 2007, p. A7.

Élections historiques ?”, Le Devoir, 29 mars 2007, p. A7.

Un débat mal parti”, Le Devoir, 1er mai 2006, p. A7.

Le spectre de la pensée radicale”, Le Devoir, 14 juin 2005, p. A7.

Le Conseil de la souveraineté du Québec n’a pas à s’inquiéter”, Le Devoir, 3 avril 2006, p. A6.

Intellectuels québécois engagés”, Le Devoir, 20 juin 2004, p. A7.

Méprises sur un scandale”, Le Devoir, 12 mai 2004, p. A7.

La tradition libérale malmenée”, Le Devoir, 11 décembre 2003, p. A7.

Intellectuels silencieux ?”, Le Devoir, 24 février 2003, p. A7.

Du Soi et de l’Autre”, Le Devoir, 18 décembre 2002, p. A11.

Trapped by Mistaken Identity”, The Globe & Mail, 5 mars 2001, p. A9.

Montréal comme un « laboratoire de l’interculturalité »

Dans une allocution prononcée mardi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le président de Tourisme Montréal, Charles Lapointe, utilise la notion de « laboratoire de l’interculturalité » pour définir la métropole du Québec.

Citant l’historien et professeur Jocelyn Létourneau, de l’Université Laval, M. Lapointe a dit considérer Montréal d’abord comme un «laboratoire de l’interculturalité». Cette ville «n’est pas un lieu où les cultures se perdent, mais où elles se contaminent, se métissent, s’échangent, se frôlent, s’affrontent avec des emprunts et des transferts.»

Source : Journal les affaires.