Tag Archives: québécois

Trois textes écrits par Jocelyn Létourneau

Deux mémoires de maîtrise

Voici deux mémoires de maîtrise produit par d’anciens membres de la Chaire, sous la direction de Jocelyn Létourneau.

Francine Audet, “Mémoire et conscience historique chez les jeunes Québécois de niveau collégial”, mémoire de maîtrise, Université Laval, 2006.

Le contenu de ce mémoire propose une exploration de la conscience historique des jeunes Québécois de niveau collégial à partir des souvenirs qu’ils ont conservés de l’histoire du Québec. L’analyse de contenu d’un récit fait par les élèves, en provenance de plusieurs régions du Québec et d’origines ethniques variées, révèlent une conception plutôt traditionnelle du Nous les Québécois dans l’histoire. Des visions du temps passé qui s’inscrivent en continuité avec le patrimoine représentatif des générations précédentes de Québécois. Le terrain de la mémoire francophone nous oblige à considérer l’influence de la culture politique qui contribue elle aussi à camper, dans la conscience historique et politique des jeunes générations de Québécois, des représentations identitaires assez singulières du Nous dans l’histoire. Des représentations en lien avec nos horizons sur le plan politique et auxquels elles souscrivent partiellement en regard du désir d’affirmation nationale partagé par une partie importante de la collectivité québécoise.

Nicholas Toupin, “Stratégies et politiques nationalistes de René Lévesque (Québec) et de Lee Tenghui (Taïwan) : essai de politique comparée”, mémoire de maîtrise, Université Laval, 2008 [Codirection avec S. Li.].

En Occident comme en Orient, la question nationale est un enjeu pour plusieurs États dont le statut politique est soit mal défini soit insatisfaisant aux yeux d’une part de la population. Dans l’espoir de rectifier la situation, des hommes politiques réclament davantage de pouvoirs locaux et une plus grande représentation internationale. Tant au Québec qu’à Taiwan, ce type de politicien exerce une influence considérable sur l’orientation du nationalisme d’État, contribuant ainsi à transformer les rapports entretenus avec les gouvernements canadiens et chinois. Bien qu’étant éloignées physiquement et culturellement, ces deux sociétés sont tiraillées entre leur appartenance locale et régionale, ce qui a permis à des leaders indépendantistes d’accéder au pouvoir et d’appliquer leurs politiques nationalistes. En cherchant à accroître la souveraineté de leur État, René Lévesque et Lee Teng-hui appartiennent à cette catégorie de politiciens pour qui le statu quo ne peut être maintenu indéfiniment. À la fois idéologues, pragmatiques et réformateurs, ils ont orienté la politique locale dans une voie nouvelle.

En fait, leurs stratégies d’accession à l’indépendance empruntent trois canaux différents qui se complètent pour permettre à leurs politiques nationalistes de s’appliquer à l’échelle locale autant que régionale et internationale. Ces trois volets sont l’identité, la démocratie et la quête de pouvoirs souverains. À travers l’analyse de leurs actions et de leurs écrits, un parallèle peut être dressé entre René Lévesque et Lee Teng-hui qui indique que non seulement ces deux dirigeants œuvrèrent à l’atteinte d’une plus grande souveraineté pour le Québec et pour Taiwan, mais qu’ils employèrent sensiblement les mêmes moyens pour y parvenir.

Récits de déserteurs et de volontaires. Enquête sur la configuration narrative de deux figures de l’imaginaire franco-québécois

Candidate au doctorat sous la direction de Jocelyn Létourneau, Florence Tilch défendra sa thèse à l’Université Laval, le vendredi 18 janvier à 13 h 45 au pavillon Charles-De Koninck (local 3244).

Le titre de sa thèse est « Récits de déserteurs et de volontaires. Enquête sur la configuration narrative de deux figures de l’imaginaire franco-québécois »

Voici un résumé de cette thèse, suivie des membres du jury de la soutenance, ainsi qu’une notice bio-bibliographique de Florence Tilch.

Les déserteurs et les volontaires sont des acteurs de l’histoire qui symbolisent avant tout deux attitudes et comportements antagonistes lors de conflits militaires. Au Québec francophone, les déserteurs et les volontaires des guerres mondiales sont toutefois devenus des protagonistes qui représentent bien davantage qu’un endossement ou un refus du service aux armes. L’objectif de cette thèse est de comprendre les valeurs multiples et changeantes qu’incarnent ces deux figures au sein du grand récit collectif et des petits récits qui marquent l’imaginaire de la communauté québécoise.

Pour y parvenir, nous avons choisi d’étudier des œuvres de fiction, seul domaine où les représentations des volontaires et des déserteurs se côtoient et deviennent ainsi comparables. Une analyse de la configuration narrative nous disposera à établir un tableau de différents leitmotifs qui définissent les deux acteurs et à comprendre leur fonction dans la représentation des guerres mondiales. Nous pouvons alors saisir les évolutions complexes et subtiles du grand récit historique québécois et ainsi dégager une perspective nouvelle sur la négociation jamais achevée des références identitaires de la communauté.

Président du jury : Denis Saint-Jacques, professeur émérite, Département des littératures, Faculté des lettres, Université Laval

Membres du jury :

* Jocelyn Létourneau, directeur de recherche, professeur titulaire, Département d’histoire, Faculté des lettres, Université Laval

* Béatrice Richard, codirectrice de recherche, professeure agrégée, directrice de département, Département des humanités et sciences sociales, Collège militaire royal de Saint-Jean, St-Jean-sur-Richelieu

* Andrée Mercier, professeure titulaire, Département des littératures, Faculté des lettres, Université Laval

* Anne Caumartin, professeure adjointe, Département des humanités et sciences sociales, Collège militaire royal de Saint-Jean, St-Jean-sur-Richelieu

* Michel Biron, examinateur externe, professeur titulaire, Département de langue et littérature françaises, Faculté des arts, Université McGill, Montréal

Florence Tilch née et grandit à Bad Salzuflen, en Allemagne. Après une année d’immersion linguistique et culturelle à l’Université Michel de Montaigne à Bordeaux, elle complète le cursus d’« Études pluridisciplinaires sur la France contemporaine »(histoire, droit, sciences politiques, langue et littérature françaises) à l’Université Libre de Berlin et à l’Université Panthéon-Sorbonne.Dans sa maîtrise,elle s’intéresse à la mémoire québécoise des guerres mondiales. Ce projet l’amène à faire des recherches au Québec, sous la direction d’Étienne François et la bienveillante et précieuse guidance de Jocelyn Létourneau et de Béatrice Richard. Les deux derniers acceptent par la suite de diriger les travaux de thèse de Florence Tilch. Son étude se concentre désormais sur la figure du déserteur et celle du volontaire dans l’imaginaire québécois de langue française. Une analyse narrative de sources de fiction lui permet de retracer la constitution et l’évolution de certains mythistoires qui structurent le régime historial québécois.

 

Publications

« ‘Je m’y promenais donc avec Dickens.’ L’influence des représentations littéraires sur la mémoire collective dans la théorie de Halbwachs », Conserveries mémorielles, 9 (2011), mis en ligne le 15 avril 2011.

« Feminizing War Experience: Representations of the Second World War in Quebecois historical fiction », in: Margaret Allison et Angela Kershaw (dirs.), Parcours de femmes: TwentyYears of Women in French, Peter Lang, 2011.